Notice: Undefined index: HTTP_ACCEPT_LANGUAGE in /home/morphar/public_html/tau2016/includes/front_functions.php on line 2
Quand la mémoire oublie -

Quand la mémoire oublie

La mémoire!  Comment ne pas être émerveillé par l’immense quantité d’informations qu’elle enregistre au cours d’une vie?

Le cerveau!  Même s’il ne représente que 2% du poids corporel, il utilise 25% de l’oxygène consommé, 20% des dépenses énergétiques et s’octroie le sixième de l’effort cardiaque pour lui tout seul.

Pour performer, le cerveau doit être oxygéné et bien nourri.

  • Ne pas boire suffisamment d’eau nuit à la concentration.
  • Sauter trop souvent des repas entraîne des répercussions négatives sur le cerveau, la concentration et la mémoire.
  • Manger trop gras et trop sucré cause de la somnolence et affecte la mémoire.
  • Avec l’âge, le taux de sucre dans le sang tend à augmenter.  L’exercice physique aide à réguler le taux de sucre sanguin, influençant positivement la mémoire et les capacités mentales.
     
Quand la mémoire oublie


Le vieillissement
Avec le vieillissement, il existe une perte cellulaire.  Au niveau cérébral, ces modifications affecteront la mémoire.  Plus souvent qu’avant, il peut vous arriver d’avoir un « mot sur le bout de la langue » ou d’oublier le nom de personnes récemment rencontrées.  Si ces petits événements frustrants n’affectent pas vos activités quotidiennes, tout est normal.

La maladie d’Alzheimer débute avant 50 ans, occasionnellement entre 50 et 60 ans.  Des lésions anatomiques au cerveau permettent d’évaluer la maladie.  La dégénérescence sénile, d’évolution plus lente, se manifeste surtout entre 70 et 75 ans.  La plupart du temps, son origine est artérielle (artériosclérose).

Maladies, médicaments et mémoire
L’hypertension, l’hypercholestérolémie, un diabète mal géré, l’obésité, la dépression, les troubles auditifs et visuels, un accident vasculaire cérébral, l’alcoolisme, l’anémie, les carences en vitamines B, particulièrement la vitamine B12, le tabagisme et le manque d’exercice physique sont autant de facteurs qui peuvent aggraver les troubles de mémoire et la concentration.

S’ils sont pris régulièrement, plusieurs médicaments ont une action négative sur certaines composantes de la mémoire, en particulier les benzodiazépines (somnifères et anxiolytiques), les neuroleptiques, les antidépresseurs et le lithium.

Certains suppléments viennent à la rescousse

  • Les Oméga-3 sont incontournables.  Ils sont indiqués dans les cas de déficit d’attention, de pertes de mémoire, de problèmes de concentration, de dégénérescence sénile et de maladie d’Alzheimer.  Si vous avez de la difficulté à digérer les oméga-3, pensez à les prendre avec des enzymes (lipase) ou des plantes amères (artichaut, chardon-marie, pissenlit).  Il y a aussi les Oméga-3 provenant des œufs de hareng qui sont plus faciles à digérer parce qu’ils sont naturellement associés à de la choline, une composante de la bile.
  • Une étude a démontré qu’en associant les Oméga-3 et la phosphatidylsérine, les participants avaient obtenu une amélioration significative de la mémoire verbale immédiate ou différée, des capacités d’apprentissage et de la durée requise pour copier un diagramme complexe.  Conclusion de l’étude : les Oméga-3 et la phosphatidylsérine pris ensemble peuvent améliorer la performance chez les personnes âgées ne souffrant pas de démence mais se plaignant de troubles de la mémoire.
  • La vitamine D exerce une action neuroprotectrice et réduit l’inflammation.  Le risque de développer un déclin cognitif est 25 fois plus élevé lorsque le taux sanguin de vitamine D est trop bas.
  • La curcumine, encore et encore, parce que ses composés sont antioxydants, anti-inflammatoires, anti-agrégation protéique et favorisent la régénération des neurones.
  • La PQQ (pyrroloquinoline quinone), un nutriment antioxydant très prometteur protège les neurones contre les dommages oxydatifs et prévient l’accumulation de plaques amyloïdes.  Elle améliore la capacité d’attention et la mémoire à court terme.
  • Les vitamines B, particulièrement la vitamine B12 (méthylcobalamine) dont la carence est fréquente chez les personnes âgées.
  • Le gingko biloba, une plante aux propriétés antioxydantes est reconnue pour faciliter la circulation sanguine au cerveau, réduire la fatigue mentale, accroître l’attention et la concentration. Ses effets semblent davantage présents lorsqu’utilisé en prévention.
  • Si vous prenez des médicaments, demandez conseil à un naturopathe avant d’entreprendre une thérapie.


La diète méditerranéenne connue pour ses bienfaits au niveau cardiovasculaire, réduirait aussi les risques de sénilité et de maladie d’Alzheimer.  Augmentez le poisson, l’huile d’olive, les légumes et les fruits frais dans votre assiette.

Exercez votre mémoire, lisez, faites des mots croisés, notez pour ne pas oublier, mémorisez à voix haute et assurez-vous d’avoir suffisamment d’heures de sommeil.  Le sommeil améliore la capacité à retenir et à consolider les apprentissages et les souvenirs.

- Retour à la page précédente -