Notice: Undefined index: HTTP_ACCEPT_LANGUAGE in /home/morphar/public_html/tau2016/includes/front_functions.php on line 2
LA STÉATOSE HÉPATIQUE - Foie gras et obésité abdominale

LA STÉATOSE HÉPATIQUE

Foie gras et obésité abdominale

Historiquement, la stéatose hépatique était liée à une trop grande consommation d’alcool.  Cependant, depuis quelques années, nombreuses sont les personnes qui reçoivent un diagnostic de stéatose hépatique non alcoolique.  OUI, la malbouffe attaque votre foie!

La stéatose hépatique, couramment appelée « foie gras », progresse aussi rapidement que l’obésité et le diabète.  Est-ce dangereux?  Y a-t-il quelque chose à faire?

Pour décrire cette « nouvelle » maladie du foie, on peut lire dans le Larousse Médical que : « La stéatose est une accumulation de graisses à l’intérieur de cellules qui, à l’état normal, n’en contiennent que de très faibles traces.  Les graisses accumulées sont en général des triglycérides.  Le foie, qui joue un rôle majeur dans leur métabolisme, est le siège le plus habituel de cette surcharge. »

LA STÉATOSE HÉPATIQUE Foie gras et obésité abdominale

SYMPTÔMES
Les débuts de cette affection sont asymptomatiques.  La plupart du temps, on la découvre à la suite d’une échographie abdominale ou par la présence de certaines enzymes dans une analyse sanguine.

Quant à vous, vous vous plaignez souvent d’avoir les jambes lourdes, de souffrir de migraine, de reflux gastriques, de brûlements d’estomac et de baisse d’énergie rapide au cours de la journée.

EST-CE DANGEUREUX?
L’accumulation de gras à l’intérieur des cellules hépatiques entraîne une augmentation du volume du foie, détectable à la palpation et confirmée à l’échographie.  À ce stade, la stéatose hépatique simple alourdit votre vie, mais ne crée habituellement pas de dommage.  Si la maladie évolue vers la stéatohépatite non alcoolique, c’est plus grave.  Cela signifie qu’il y a inflammation des cellules et fibrose (perte d’élasticité des tissus hépatiques). 

LES PERSONNES À RISQUE :

  • les personnes atteintes du syndrome métabolique, les diabétiques.
  • les personnes qui ont un taux de cholestérol et/ou de triglycérides trop élevé.
  • les gros mangeurs, les personnes en surpoids ou obèses.
  • les personnes qui font des excès d’alcool.


Y A-T-IL QUELQUE CHOSE À FAIRE?
La stéatose hépatique simple est réversible.
 Il faut savoir que la répartition des graisses est un critère de gravité pour cette affection.  Ainsi, les personnes qui présentent une concentration graisseuse plus importante au niveau de la taille ont un risque de complications plus élevé que les personnes ayant une quantité de graisses élevées au niveau des fesses et des cuisses. La quantité totale des gras accumulés dans l'organisme est importante mais leur répartition l’est beaucoup plus.

MESUREZ VOTRE TOUR DE TAILLE!  Il ne doit pas dépasser 102 cm (40 pouces) pour un homme et 88 cm (35 pouces) pour une femme.

Parmi les critères d’évaluation, l’obésité abdominale est le plus important.  Les cellules adipeuses qui s’accumulent autour de la taille sont différentes de celles des autres parties du corps.  L’insuline est une hormone hypoglycémiante qui agit à la manière d’une clef qui permet l’ouverture des cellules pour y laisser entrer le glucose en circulation dans le sang.  Si l’insuline n’arrive pas à ouvrir la porte de la cellule, elle se retrouve alors en quantité trop élevée dans le sang.  À la longue, plusieurs cellules cessent de réagir à la présence et à l’effet de l’insuline (résistance), sauf les cellules adipeuses de la région abdominale.  Le tour de taille s’épaissit et le risque de développer une stéatose hépatique augmente.

LE FOIE, EXTRAORDINAIRE ET IRREMPLAÇABLE
Ce laboratoire merveilleux et complexe travaille jour et nuit.  Il participe à la digestion, est impliqué dans la synthèse du cholestérol, est responsable de la sécrétion de la bile, stocke les vitamines A, D, K, B (en particulier la B12) et certains minéraux dont le fer et le cuivre, participe à la coagulation du sang, joue un rôle capital dans le métabolisme des sucres, des protéines, des gras et de nombreuses transformations hormonales.  Et surtout, IL FILTRE TOUT : les nutriments, les molécules toxiques que vous avalez et respirez, l’alcool, les médicaments, etc.  Il possède une fonction antitoxique remarquable.  Il peut neutraliser et détruire les toxines… sauf qu’en présence d’infiltration graisseuse, son travail de détoxification se complique parce que le gras fixe les toxines.

SOLUTIONS ET PRÉVENTION

  • Il est important d’avoir un apport suffisant en protéines. Une portion de protéines de petit-lait par jour est recommandée.
  • Parmi les suppléments, les facteurs lipotropiques (choline, inositol et méthionine) doivent avoir une place de choix parce qu’ils s’opposent aux dépôts de gras dans les cellules hépatiques.
  • En présence de lenteurs digestives, on choisit des enzymes avec bétaïne ou des enzymes pancréatiques et en présence de reflux gastriques, on facilite la digestion par des formules de plantes amères comme l’artichaut, le pissenlit et le chardon-marie.  La racine de réglisse déglycyrrhizinée et la poudre d’orme rouge sont recommandées si vous avez des brûlements d’estomac.
  • Mangez 2 à 3 pommes biologiques par jour parce que la pomme possède un effet hypocholestérolémiant connu.
  • Augmentez les légumes, les protéines et les fibres, réduisez les hydrates de carbone, les sucres de toutes sortes et l’alcool.

Un repas à la fois… la santé se trouve dans votre assiette!

- Retour à la page précédente -