Notice: Undefined index: HTTP_ACCEPT_LANGUAGE in /home/morphar/public_html/tau2016/includes/front_functions.php on line 2
LE BIO... - UNE APPROCHE LOGIQUE!

LE BIO...

UNE APPROCHE LOGIQUE!

La santé commence dans notre assiette!  Nous sommes ce que nous mangeons et buvons!  La santé est une démarche individuelle!  Y croyez-vous?  Faites-vous des choix qui ont une répercussion positive sur votre capital santé ?

Le Bio… une approche Logique!  Pourquoi?

  • Parce que l’avantage premier d’un aliment bio réside dans le fait qu’il est exempt de pesticides;
  • Parce que les aliments biologiques ne sont pas génétiquement modifiés;
  • Parce que l’agriculture biologique a l’avantage de préserver la vitalité des sols en utilisant des méthodes naturelles de fertilisation (compost, etc.) et en pratiquant la rotation des cultures;
  • Parce qu’en ne polluant pas les sols, l’agriculture bio protège l’environnement avec un bénéfice non négligeable sur la qualité de l’eau potable;
  • Parce que les aliments bio contiennent plus de minéraux, de vitamines et d’antioxydants que les aliments conventionnels;
  • Parce que les légumes bio contiennent moins de nitrates que les légumes conventionnels.
LE BIO... UNE APPROCHE LOGIQUE!

Des preuves
Dans son livre « Anticancer », David Servan-Schreiber écrit : « À l’université de Washington, une jeune chercheuse, Cynthia Curl, s’inquiétait de savoir si la nourriture bio que ses amies donnaient à leurs enfants était réellement plus saine.  Elle réussit à organiser une étude sur 42 enfants de 2 à 5 ans, en s’adressant à des familles qui sortaient du supermarché habituel ou d’une coopérative bio.  Pendant trois jours, les parents devaient noter exactement ce qu’ils donnaient à manger et à boire à leurs enfants.  Ceux-ci étaient classifiés « bio » si plus de 75% de leur nourriture portait le label « bio », et « conventionnels » si plus de 75% de leurs aliments n’étaient pas « bio ».

Le docteur Curl mesura ensuite dans les urines des enfants les produits de dégradation des pesticides organochlorés (les pesticides les plus courants).  Elle trouva que le taux de pesticides dans l’urine des enfants « bio » était nettement « en deça » des minima fixés par l’Agence gouvernementale de protection environnementale.  Il était aussi 6 à 9 fois moindre que celui des enfants « conventionnels ».  Pour ces derniers, la charge toxique dépassait au contraire de 4 fois les limites officielles tolérées…  La nourriture « bio » faisait bel et bien une différence de taille quant au niveau d’intoxication de l’organisme.

Depuis, une deuxième étude de la même université a prolongé la démonstration : 23 enfants ont d’abord été testés après avoir suivi pendant plusieurs jours un régime « conventionnel ».  Leur urine montrait la présence de pesticides.  Ils ont ensuite consommé uniquement des aliments « bio ».  En quelques jours, toute trace de pesticide avait disparu de leur urine.  Lorsqu’ils sont revenus à l’alimentation conven-tionnelle, les traces de pesticides sont rapidement réapparues, au même niveau qu’avant l’alimentation « bio ».

En France, l’ingénieur agronome Claude Aubert – dont on dit souvent qu’il est le parrain de l’agriculture biologique en Europe – a fait une démonstration comparable.  Dans une étude de 1986, il a montré que les femmes qui se nourrissent « bio » à 90% pendant leur grossesse ont 3 fois moins de pesticides organochlorés dans le lait maternel que celles qui se nourrissent de façon conventionnelle. »

L’alimentation BioLogique, ce n’est pas une mode.  Il est important, voire essentiel, que la terre de demain continue à nous nourrir.  Le respect de l’environnement est un acte d’amour.  Notre santé et celle des générations futures en dépendent.

Comme l’écrivait George Herbert, un écrivain anglais du XVIIe siècle : « Quel que soit le père de la maladie, un mauvais régime en fut la mère. »

- Retour à la page précédente -