Notice: Undefined index: HTTP_ACCEPT_LANGUAGE in /home/morphar/public_html/tau2016/includes/front_functions.php on line 2
LES INFECTIONS URINAIRES -

LES INFECTIONS URINAIRES

La forme la plus courante d’infection urinaire est la cystite, qui affecte la vessie.  Les symptômes se traduisent par une sensation de brûlure lors de la miction avec difficulté à uriner, souvent accompagnée de pression ou de douleur au bas-ventre ou au dos et d’un état de fatigue générale.  L’urine est fréquemment trouble et malodorante.

Les femmes sont plus sujettes que les hommes aux infections urinaires, surtout en période de perturbation hormonale.  Les personnes qui souffrent de diabète et les personnes âgées, en raison d’un système immunitaire plus faible, sont également à risque.  Chez l’homme, les infections urinaires sont moins courantes mais potentiellement plus graves car elles sont souvent liées à des troubles de la prostate.

LES INFECTIONS URINAIRES

EN PRÉVENTION :

  • Boire beaucoup d’eau.
  • Prendre du jus de canneberge concentré non sucré ou des extraits concentrés de canneberges en capsules.  La canneberge contient des molécules qui empêchent les bactéries d’adhérer aux parois de la vessie et ainsi, de proliférer.  L’utilisation de la canneberge est sécuritaire pour les femmes enceintes.
  • Veiller à avoir une élimination intestinale régulière.  Ajouter des probiotiques à son menu.
  • Prendre un supplément de vitamine C tous les jours.

DÈS LES PREMIERS SYMPTÔMES, voici les règles à suivre et les précautions à prendre :

  • BOIRE BEAUCOUP pour éviter la stagnation de l’urine : de l’eau, du jus de canneberges pur non sucré et des tisanes ou teintures-mères à visée antiseptique et diurétique.  La plante recommandée est la busserole et l’idéal est de choisir un mélange de plantes qui en contient.
  • D-Mannose : 90% des infections urinaires sont causées par la bactérie E.Coli, laquelle se retrouve normalement dans l’intestin.  Lorsque cette bactérie se multiplie dans les voies urinaires, les symptômes d’infection se développent.  Le D-Mannose, l’ingrédient actif de la canneberge, agit en attirant les bactéries pour en faciliter l’élimination et les empêcher de se reproduire.  L’activité thérapeutique du D-Mannose est de 10 à 50 fois plus forte que la canneberge, non toxique, sécuritaire et sans aucun effet secondaire.  On peut l’utiliser à long terme pour prévenir les risques de rechutes.
  • Augmenter la vitamine C et les probiotiques.
  • Pour soulager les douleurs, un cataplasme d’argile sur le bas-ventre apporte un soulagement appréciable – il est préférable de ne pas faire de cataplasme pendant les menstruations.
  • Il est important de veiller à ce que vos intestins fonctionnent quotidiennement.

MÉNOPAUSE ET INFECTIONS URINAIRES
Quand les taux d’oestrogènes diminuent et que la ménopause s’installe, nombreuses sont les femmes qui se plaignent de cystite.

La baisse des taux d’oestrogènes entraîne, à divers degrés, un amincissement des parois du vagin, des parois de la vessie et de l’urètre.  Cet assèchement rend certaines femmes plus vulnérables aux infections bactériennes, surtout en présence de fissures.  Il ne faut pas confondre une incontinence à l’effort et une cystite.  L’incontinence à l’effort qui touche plusieurs femmes à la ménopause se caractérise par des fuites d’urine de faible quantité lorsqu’elles rient, toussent, éternuent, sautent ou courent.  Les exercices de Kegel, parce qu’ils contribuent à fortifier les muscles pelviens et vaginaux, sont alors recommandés.

Pour la femme en ménopause sujette aux infections urinaires et ce, surtout en présence de sécheresse vaginale, suivez les conseils indiqués plus haut et ajoutez à votre thérapie un complexe de plantes favorisant l’équilibre hormonal féminin.  Demandez conseil pour faire un choix éclairé.

- Retour à la page précédente -