Notice: Undefined index: HTTP_ACCEPT_LANGUAGE in /home/morphar/public_html/tau2016/includes/front_functions.php on line 2
Nos valeurs

Nos valeurs

À propos

Nos valeurs

  • 1. L'importance de laisser aux générations futures un environnement sain

    « Nous n’avons pas hérité la terre de nos pères. Nous l’empruntons à nos enfants. » Chaque enfant absorbe en moyenne quatre fois plus de produits cancérigènes qu'un adulte. Pourquoi? Parce que ces produits sont présents dans les pesticides utilisés dans l'agriculture « industrielle ». Vos choix d'aujourd'hui auront un impact sur leur développement et leur santé, et ce, pour toutes les années à venir.

  • 2. Le danger de l'érosion du sol

    Les experts estiment que plus de 3 milliards de tonnes de terre cultivable sont érodées en Amérique du Nord à chaque année. Tout ceci à cause du mode de culture «industrielle» pratiqué sans égard au renouvellement naturel de cette terre cultivable, lequel est sept fois plus lent que l’est sa destruction.

    L’utilisation de fertilisants ne sert qu’à stimuler la croissance rapide des plants sans permettre à la terre de se régénérer. La perte et la contamination du sol cultivable sont et demeureront longtemps la pire crise de l’histoire de l’agriculture.

  • 3. Protégeons nos sources d'eau potable

    L'eau compose les deux tiers de notre organisme et couvre les trois quarts de notre planète. Malgré son importance, les autorités gouvernementales ferment les yeux sur sa contamination par les pesticides et autres produits chimiques dont un nombre élevé sont reconnus cancérigènes. La qualité de l'eau potable est douteuse dans un nombre grandissant de municipalités. Protégeons la qualité de notre eau potable.

  • 4. Économisons l'énergie

    Depuis le début du XXe siècle, l'agriculture a changé de façon drastique. Elle est passée du mode de gestion familiale, qui utilisait l'énergie des hommes et des animaux, au mode de gestion « industrielle » qui utilise les carburants dérivés du pétrole.

    Ce mode de gestion utilise plus de 12 % (aux États-Unis) de la consommation de carburants pétroliers de toute l'activité industrielle, ce qui place l'agriculture au premier rang des consommateurs de produits pétroliers. Aujourd'hui, plus d'énergie est dépensée pour produire des engrais synthétiques que pour labourer, cultiver et ramasser les cultures.

    À l’inverse, l'agriculture biologique dépend davantage des soins des agriculteurs qui utilisent des techniques plus naturelles pour produire leurs cultures. Les engrais et fertilisants chimiques sont remplacés par des moyens biologiques qui n'empoisonnent ni le sol ni les consommateurs.

  • 5. Éloignons les produits chimiques de nos assiettes

    L'utilisation intensive de produits chimiques pour améliorer la production agricole remonte à plusieurs années. Malheureusement, les recherches qui démontrent leurs effets cancérigènes ne sont connues que depuis peu de temps. Aujourd’hui, nous savons que plus de 60 % des herbicides, 90 % des fongicides et 30 % des insecticides sont cancérigènes.

    En 1987, aux États-Unis, l'Académie Nationale des Sciences a publié un document qui prévoyait qu'un million et demi de citoyens seraient victimes de cancers causés par ces produits. Le fait est que les pesticides qui sont des poisons développés pour tuer des organismes vivants sur les plantes, peuvent également être nocifs pour les êtres humains. En plus du cancer, les pesticides peuvent causer des malformations à la naissance, des troubles du système nerveux ainsi que des mutations génétiques.

  • 6. Protégeons la santé des travailleurs agricoles

    Des études du National Cancer Institute (États-Unis) ont démontré hors de tout doute que les travailleurs agricoles exposés aux herbicides avaient une probabilité six fois plus grande de développer un cancer que les travailleurs non exposés à ces produits toxiques. En Californie, les empoisonnements dus à une exposition aux pesticides, parmi les travailleurs agricoles, ont augmenté de 14 % par année depuis 1973 et ont doublé entre 1975 et 1985. Dans cet état américain, les travailleurs agricoles sont les plus atteints par les maladies industrielles parmi tous les secteurs de l'activité économique.

    La santé des fermiers du tiers-monde est également préoccupante, ceux-ci ayant rarement toutes les informations nécessaires à une utilisation prudente des pesticides. Chaque année, en Amérique du Nord, on estime à plus d'un million les empoisonnements dus aux pesticides.

  • 7. Favorisons la diversité agricole

    Les fermes industrielles qui, année après année, cultivent les mêmes espèces, appauvrissent le sol, celui-ci étant constamment drainé des mêmes minéraux et autres composantes. Bien que cette approche ait triplé la production agricole entre 1950 et 1970, la pauvreté du sol ne fait qu’entraîner une utilisation grandissante de fertilisants de plus en plus puissants.

    Les cultures uniques sont également plus sensibles aux maladies et infestations : une autre désastreuse raison d'utiliser encore plus de pesticides. Malgré une courbe ascensionnelle d'utilisation de 1 à 10 depuis 1947, les pesticides n'ont pas réussi à combattre les insectes nuisibles. Au contraire, les pertes de cultures ont doublé, ceci étant dû à la résistance génétique développée par les insectes.

  • 8. Encourageons une économie réaliste

    Bien que les aliments biologiques aient la réputation de coûter un peu plus cher que les aliments conventionnels, il ne faut pas oublier qu’il existe des coûts cachés reliés à l’agriculture conventionnelle : les frais de développement et de production d’une myriade de produits toxiques, les frais gouvernementaux reliés aux essais, vérifications et régulations, les frais de recherche à la consommation sécuritaire des pesticides, insecticides et autres engrais chimiques, ainsi que les frais de nettoyage de l’environnement. Tout ceci porte à réfléchir. Toutes ces sommes finissent par vous être refilées en taxes (directes et indirectes) ou en hausse de prix de produits développés par ces mêmes multinationales.

  • 9. Aidons les agriculteurs non-industriels

    L'agriculture biologique est pratiquée par quelques grandes fermes importantes, mais la plus grande partie de la production biologique est le fruit d'entreprises agricoles de style familial de moins de 100 acres. En Amérique du Nord, entre 1980 et 1990, plus de 675,000 fermes familiales ont fait faillite à cause des politiques conservatrices des années 80 qui ne favorisaient que les grosses fermes industrielles. Selon une étude du Département de l'Agriculture des États-Unis, en l'an 2000, et nous y sommes, la moitié de la production agricole proviendra d’à peine 1% des fermes.

    Ce seront des méga-fermes robotisées exploitées par des multinationales qui ne lésineront pas sur les engrais chimiques... La survie des fermes familiales dépend de plusieurs facteurs et l'agriculture biologique demeure l’approche la plus apte à combler les attentes des consommateurs conscients des valeurs à préserver pour le futur.

  • 10. Savourez le vrai goût!

    De plus en plus de grands chefs cuisiniers utilisent les aliments biologiques pour leur incomparable saveur. La recette de leur succès ? Des plantes issues d’un sol propre et en parfaite santé.

    Faites l'expérience d'une nourriture au goût naturel et non-modifié, comme l'a voulu Mère-nature!